Comme nous l’avions pressenti, la mise en place des lois Macron a laminé les instances représentatives du personnel. Les secrétaires de CSE (comité social et économique) sont confrontés à une diminution des moyens humains et financiers dans des régions qui ont parfois doublé de volume. Les secrétaires du SNABF Solidaires qui gèrent 11 comités sur 17 sont au bord de l’asphyxie, et ce, moins de 6 mois après les élections. Il n’y a dorénavant plus aucun délégué du personnel dans chaque unité - quels que soient ses effectifs. La Permanence passe de 11 détachés à 6 et voit également ses moyens financiers et ses bons de délégations diminués. C’est ça le dialogue social rénové !!! Suite à l’entrevue entre notre Secrétaire Générale, Sophie Pitorson, et Jean-Paul Delevoye Haut-commissaire à la réforme des retraites, nous n’avons aucune information claire pour les futurs retraités, sinon qu’ils seront tous perdants. Nous pouvons dès maintenant voir l’érosion de nos pensions (augmentation de la CSG, gel des pensions, …). La situation va se dégrader à nouveau puisqu’après une augmentation de 0,3% en 2019 - alors que l’inflation prévisible est de 1,1%, en 2020 on nous annonce à nouveau une augmentation de 0,3% pour les pensions supérieures à 2000 € alors que l’inflation devrait atteindre 1,3%. Seules les pensions inférieures pourront être alignées sur l’inflation. La volonté de contenir le montant des retraites à 14% du PIB, alors qu’il y a 150 000 nouveaux retraités chaque année, laisse entrevoir une stagnation voire une diminution de nos pensions dans les prochaines années.