Les élus et représentants syndicaux SNABF Solidaires du CCE l’alertent une nouvelle fois sur les dangers du déploiement précipité de nouveaux outils et méthodes de travail : dans les unités du Réseau où les services des particuliers sont malmenés après la mise en oeuvre de la numérisation des dossiers, sans parler de l’accueil sur RDV, de MODAC, de la CRM… Que dire des multiples déménagements dans les services centraux ou à l’ACPR, des fusions des services à l’OI, de l’externalisation de certaines missions du Secrétariat Général, de la DIRCOM ou de la DFC ou encore de la promotion à marche forcée de nouveautés technologiques comme la blockchain ou le datalake sans que les agents ne soient correctement formés ?! Sans parler des inquiétudes croissantes autour de l’avenir de la filière fiduciaire : les investissements en machine et locaux c’est bien, mais les centres fiduciaires ne pourront pas tourner sans les OMF, qui, comme d’habitude sont sous-estimés par nos dirigeants ! De son côté, le Gouverneur souligne sa satisfaction qu’Ambitions 2020 permette « une vie au travail modernisée et simplifiée pour l’ensemble des managers et des agents », alors que vos élus SNABF Solidaires déplorent eux la suppression en 15 ans de 40% des emplois à la Banque de France ! Plus aucun doute n’est possible : nous ne vivons pas sur la même planète que notre patron… L’intersyndicale, à l’exception de la CFE-CGC, émet un avis défavorable.

ENQUÊTE 2017 SUR LES RISQUES PSYCHOSOCIAUX

La dégradation des résultats de cette enquête est observable pour la totalité des unités, pour l’ensemble des catégories y compris l’encadrement et pour toutes les classes d’âge du personnel, et__ c’est le fruit :

  • d’une charge mentale et d’une charge de travail excessive basée sur une politique du chiffre et de tableaux de bord,
  • d’une politique désastreuse de gestion des effectifs aboutissant à une pyramide des âges catastrophique et néfaste à la transmission des compétences,
  • de la mise en oeuvre d’une digitalisation à outrance (GED, CRM, FIBRE…) visant uniquement à abaisser les coûts mais impactant inévitablement les agents en raison des efforts
  • de la dégradation des conditions d’accueil du public à nos guichets liée à l’augmentation des tensions et incivilités (passage au tout rendez-vous, problèmes récurrents de l’appli APEX, difficultés du contact téléphonique en raison de Pôles accueil en sous-effectif et submergés qui doivent aussi gérer les ouvrants…),
  • de l’absence de reconnaissance du travail et des efforts accomplis (avancement/échelons, réforme des carrières, pas d’augmentation salariale, accord Séniors méprisant, non-partage des énormes gains de productivité de la Banque…),
  • et surtout de l’absence de visibilité à moyen terme sur l’avenir de chaque agent au sein de son métier (Fiduciaire, Tertiaire, Activités transversales…) ou de sa structure (CTP/SPP/Régionale).

Les élus et représentants syndicaux SNABF Solidaires du CCE dénoncent une nouvelle fois la dégradation majeure des conditions de travail des salariés de la Banque de France, tant sur le plan physique que psychologique. Les résultats de l’enquête RPS 2017 confirment l’existence d’un risque grave pour la santé du personnel de notre entreprise alors même que nos dirigeants affichent une forme de déni face à cette situation. L’état de santé des agents s’est dégradé pour 60% du personnel en raison des changements récents, 37% du personnel est en situation de stress, pour certains établissements la prise de médicaments ou d’alcool est un recours plus fréquent face à ce stress.

RPS_SUICIDE.png

Même passée sous silence, la situation de la Banque entraîne des burn-out ainsi que des situations de mal-être extrêmes. Et bien entendu, les problèmes de sommeil s’accentuent. La charge de travail qui a explosé ces dernières années en raison des départs en retraite non remplacés conjugués à la diminution drastique des recrutements n’est plus tenable ! La politique sociale de nos dirigeants entraîne un conflit de valeurs important : aujourd’hui nous ne reconnaissons plus notre entreprise.

Mais tout ne va pas si mal : la ligne téléphonique de soutien psychologique vient d’être reconduite… il faut dire que deux médecins au travail du service parisien viennent de démissionner, alors la DGRH a trouvé un pis-aller, mais c’est promis, un jour, au-delà des effets d’annonce ou de communication, la Banque de France mènera au profit de ses agents une vraie politique de Responsabilité Sociétale de l’Entreprise et on atteindra le nirvana ! Euh non, la QVT (Qualité de Vie au Travail)…