À la suite de votre forte mobilisation courant novembre 2017, alors que toutes les Organisations Syndicales avaient relevé des irrégularités majeures dans le projet qu’elle nous avait présenté en septembre, la Banque, après avoir été déboutée par l’Inspection du Travail, nous soumet aujourd’hui un plan social circonscrit au seul domaine fiduciaire avec 3 objectifs :

  • améliorer la qualité du service rendu aux clients
  • diminuer les coûts d’exploitation de la filière
  • améliorer les conditions de travail du personnel

Elle annonce désormais la suppression de 91 postes.

Et que va-t-il se passer au-delà de 2019 ? À l’heure actuelle, nous n’avons aucune garantie sur le maillage définitif des machines de tri dans toutes les caisses pérennes, ni aucun planning relatifs aux travaux de modernisation des caisses.

Pour le SNABF Solidaires, le billet n’est pas une marchandise comme les autres : nous réclamons une stratégie globale pour le fiduciaire tant à la fabrication que dans le réseau de caisses.

Et que va-t-il se passer pour les collègues du tertiaire affectés dans des unités infra-départementales dont les fermetures ont été annoncées ? Alors que les résultats de la dernière Promotion interne 2017 d’accès dans le personnel des secrétaires comptables viennent d’être publiés, et qu’un seul dépend des unités dont la Banque annonce la fermeture : nous n’avons aucune garantie sur l’avenir de tous les autres ! Nous contestons la définition des catégories professionnelles faite par la DGRH : en effet, les ASSUR et ADE ne dépendent pas de la DGFB… lier leur activité à l’existence des caisses est une interprétation erronée. Nous nous opposons fermement à l’usage des CDR comme critère professionnel pour départager les agents alors que les enveloppes attribuées sont dérisoires et que ces primes sont attribuées sans aucune transparence et totalement aléatoirement. La Banque ajoute à ce projet destructeur un mépris total à l’encontre de nos collègues SRML, 13 agents, qui sont exclus des plans de reclassement : ils seront déplacés autant que de besoin dans leur région de rattachement et dans celles limitrophes : c’est large ! Et cerise sur le gâteau : les modalités financières associées sont moindres que celles que la Banque affichait lors du premier projet de PSE qu’elle a retiré en catimini fin décembre : au regard des résultats de notre entreprise, c’est scandaleux. Aujourd’hui, vos élus SNABF Solidaires exigent la suppression immédiate du projet de plan social de la Banque.

Notre syndicat engagera tous les recours juridiques nécessaires