Le CCE du 24 mai 2013 marque le terme d’un processus de consultations des instances représentatives du personnel (IRP) qui a démarré en décembre 2011 par l’annonce du Gouverneur Noyer d’un projet de réorganisation de grande ampleur d’ici à 2020. A l’évidence, le seul objectif de ce projet vise la réduction des coûts en supprimant 2 500 emplois dont 2 000 dans le réseau. Sa déclinaison concrète présentée en septembre 2012 n’a fait que confirmer cette volonté.

« L’adaptabilité » de la Banque prônée par nos dirigeants, ne concerne plus au premier chef l’évolution de nos métiers, mais la réduction de nos moyens pour les exercer. C’est ce qui a fortement motivé l’opposition du SNABF Solidaires à ce projet. Le SNABF Solidaires déplore le repli que va connaître notre entreprise dans les années à venir, alors que notre pays subit, comme bon nombre d’autres, les effets d’une crise économique mondiale majeure. Le maillage de nos implantations déjà mis à mal en 2003 va encore se réduire.

La suite en téléchargement