Selon la Banque, « des mesures représentant un coût de plusieurs millions d'euros ... »__

La Banque vient de diffuser à l'ensemble du personnel, le détail des mesures qu'elle propose, refusant toute augmentation générale des salaires. Sans revenir sur le détail, ses propositions sont inacceptables pour au moins deux raisons :

1 - elles n'entrent pas dans le champ d'une négociation salariale, aucune augmentation générale des salaires n'étant prévue,

2 - le gain pour chaque agent est dérisoire.

Que représentent « ces millions d'euros » pour un agent ?

Après avoir estimé le coût de nos revendications salariales dans une précédente publication (tract n°2012-12), nous avons étudiés avec attention le gain mensuel que représenteraient ces mesures pour un secrétaire comptable de classe exceptionnelle (SCex) indice 609 à temps plein :

  • tickets restaurant = 220 jours * 0.06 € (augmentation

de la part patronale) => 13.20 € / 12 mois soit 1.10 € par mois à condition d'avoir droit aux dits tickets !

  • augmentation de l'abondement au PEE (de 950 € à

1 000 € max) => 50 € / 12 soit 4.17 € par mois à condition de pouvoir épargner, de patienter 5 ans et d'espérer que les marchés financiers soient cléments . . .

  • la prise en charge de la complémentaire santé

obligatoire par la Banque à hauteur de 50 % (au lieu de 48 %) => 38.78 € / 52 % * 2 % soit 1.49 € par mois.

''Ces mesures équivaudraient donc à 6.76 € par mois ...''

Quant à la forfaitisation de la prime dactylo/mécano, elle serait réalisée sur la base du plus bas niveau de qualification ! Il y aura donc des gagnants, et surtout des perdants, même si dans leur cas, la Banque prévoit un maintien de ressources sur trois ans ! Et ensuite ? Ce sera une perte nette qui, pour certains (par exemple, dans le cas d'une qualif 3), se chiffrera à plusieurs centaines d'euros par an !

Raisonnement identique pour la création d'une "allocation parents", bonne idée en soi si, là aussi, on ne retirait pas à certains pour donner à d'autres !

Et enfin reste l'arme absolue pour compenser l'absence d'augmentation générale, pour lutter contre le stress et la mauvaise ambiance au travail, et favoriser le travail collectif : le complément de rémunération versé à seulement 30 % des agents non-cadres, souvent en lot de consolation au détriment d'un grade. Là, c'est génial : un montant unique de 500 €. Cela représente tout de même 41.66 € par mois pour l'heureux élu !

Au final, l'addition est salée pour les agents traités très inégalement. C'est le prix d'aucune mesure d'augmentation générale des salaires. Devons-nous rester indifférents devant tant de mépris ?

5 mds€ de bénéfices, 2 500 suppressions de postes, n'est-il pas temps de s'indigner ?

En attendant des propositions d'augmentation générale des salaires

Toutes et tous en AG le 22 mai à 14h !