"snabf

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

mercredi 10 juillet 2013

Toutes les annonces de l’été : réforme des catégories, de la prime de bilan, 0 % d’augmentations générales des salaires ...

Retour de la réforme des catégories ?

Le DGRH l’a annoncé lors de la dernière commission du personnel : le retour d’une réforme des catégories est imminent.

Le SNABF Solidaires défend clairement l’idée qu’une actualisation de notre système indiciaire et catégoriel est nécessaire. Mais le SNABF Solidaires s’opposera avec force à toute proposition visant à remettre en cause les garanties essentielles de notre statut du personnel.

Lire la suite en téléchargement

mardi 2 juillet 2013

Complémentaire santé - Entente préalable et renouvellement de l’ordonnance

La couverture santé obligatoire mise en place en janvier 2010 arrive à son terme fin 2014. La Banque doit la renouveler, le choix de l’opérateur se fera à nouveau par appel d’offre européen.

Compte tenu des délais et afin de faire évoluer les modalités de la couverture santé actuelle, notamment celles des prestations, la négociation d’un nouvel avenant à l’accord d’entreprise est nécessaire.

La suite du tract à lire en téléchargement

vendredi 28 juin 2013

A partir du 1er octobre 2013, la Banque fermera 14 caisses et 1 CTMF, 176 collègues impactés par un nouveau plan social

Le combat syndical a été mené durant près d’un an en interne et en externe notamment auprès des élus de la Nation. Malgré tout, un nouveau plan social est mis en œuvre à la Banque de France. Il marque la première étape d’une série de fermetures dans le cadre de la stratégie Noyer à 2020 qui, une nouvelle fois, impactera lourdement le Réseau.

Au total, 176 collègues sont directement concernés par cette nouvelle vague de fermetures de services de caisse dans le Réseau. Des choix contraints et douloureux vont bouleverser leur vie professionnelle et personnelle, menant certains jusqu’au départ définitif de l’entreprise.

La plus grande vigilance étant de mise quant au déroulement des différentes phases du PSE, nous invitons nos collègues à nous faire remonter toutes les difficultés rencontrées dès la phase de repositionnement initial. Nous demanderons la tenue de la commission de suivi avant la fin de cette phase afin de pouvoir examiner tous les dossiers qui présentent des difficultés.

Ces prochains mois ne seront donc pas une succession de « jours comme les autres »

Nombreux sont ceux qui souhaitent que ces moments difficiles à vivre ne passent pas inaperçus. Aussi, nous soutiendrons bien évidemment toutes les actions qui seraient menées localement pendant ces fermetures.

Le SNABF Solidaires sera également aux côtés de tous les agents inquiets, à juste titre, pour leur avenir dans une Banque défigurée par de profondes transformations.

Quelques brèves ...

- Le Gouverneur annonce la reprise des négociations salariales le 5 juillet prochain. Nous étudions l’opportunité d’un référendum national avec pour unique question : «  pour ou contre des augmentations salariales ? ».

- Complémentaire santé : la négociation d’un avenant à l’accord d’entreprise va débuter. Nous serons très attentifs afin de maintenir le meilleur niveau de prestations / coût.

Carton rouge ! Le Gouverneur s’est-il trompé pour la date de fermeture du CTMF de Brive ? C’est ce que semble penser le nouveau directeur régional du Limousin qui envisagerait une fermeture anticipée !

Carton rouge ! Commissions d’avancement : les déclassements sont toujours de mise dans la plupart des commissions. Une mention spéciale cette année pour le SGACP où les disparus seraient beaucoup plus nombreux sans l’intervention de nos commissaires.

lundi 3 juin 2013

COMPTE RENDU DE LA COMMISSION DU PERSONNEL DU VENDREDI 31 MAI 2013

Rappel de nos demandes concernant la problématique des SR :



1- En vue de réparer l'injustice faite aux SR1, qui ont obtenu l'accès à la maîtrise sans aucun gain indiciaire, (SR1 indice 609), accession immédiate pour tous à l'indice intermédiaire 636.



2- Augmentation sensible des quotas dès cette année pour l'accession à SR Cl. exc. (indice 680) avec examen des cas individuels par la DGRH afin que des agents ne partent pas en retraite à l'échelon 609.



3- Déplafonnement du dernier indice à 715.



La CP n'était pas présidée par F. Peyret mais par S. Haas, qui indique d'emblée ne pas avoir de mandat pour négocier.



A l'issue de cette CP, un programme de travail est proposé en 3 étapes sans préjuger des résultats :



Etape 1 :



se concentrer dans un 1er temps exclusivement sur la population secrétaire rédacteur, car ce sont eux (525 SR1 répertoriés dont une centaine susceptible de partir en retraite d'ici à 2 ans) qui sont victimes d'une injustice criante (promotion sans gain indiciaire).



Accession immédiate à l'indice 636 pour tous, sous réserve (à vérifier) d'un délai de 4 ans d'ancienneté dans le grade.



Bilan avec la DGRH et les commissaires DGRH ayant siégé aux commissions SR classe exc. réseau et siège, après les commissions d'avancement, afin que les dossiers problématiques soient examinés au cas par cas et, qu'une commission d'avancement exceptionnelle puisse être tenue.



Etape 2 :



Déplafonnement à l'indice 715 de l'échelle 11, pour certains cas, critères à définir : management ou expertise. Avec (ou sans ?) commission d'avancement paritaire (cf attribution du 970, échelon terminal du 5ème grade de l'encadrement).



Etape 3 :



Examiner les carrières de l'ensemble des personnels de maîtrise.



Pour le SNABF Solidaires, la problématique des perspectives de carrière reste une problématique pour l'ensemble du personnel d'autant plus avec une réorganisation complète de nos métiers qui se dessine. C'est pourquoi, il sera nécessaire de rediscuter de l'ensemble des carrières dans le cadre d'une Gestion Prévisionnelle des Emplois et des Compétences.

jeudi 30 mai 2013

Passage SR1 vers SR classe ex : mission impossible ? NON !

Depuis de nombreuses années nous interpellons la Banque sur le problème récurrent lié à la catégorie des Secrétaires Rédacteurs de 1ère : l’absence de gain indiciaire et la très grande difficulté à obtenir le grade terminal de SR de classe Exceptionnelle.

C'est pourquoi, nous sommes de nouveau intervenu vivement auprès du DGRH et de la personne ressource responsable des RPS. Le problème est connu et reconnu par le DGRH, mais jusqu’à ce jour rien n'a été fait pour le solutionner. De plus la Banque ayant supprimé les pré-commissions d'avancement, nous ne pouvons même plus discuter des quotas par catégorie et des cas particuliers.

Maintenant ça suffit ! TROP C’EST TROP !

La Banque a nommé comme personne ressource à la DGRH pour la gestion des fameuses "RPS"! CHICHE! Nous l'avons donc contacté officiellement ce vendredi pour le saisir de ce problème.



Il est plus que temps d’apporter une réponse en adéquation aux attentes du personnel…. à moins que la Banque là encore n’ait qu’un objectif : réduire la masse salariale et pousser un maximum d’agents vers la sortie (la retraite) à moindre coût.



Vouloir être attractif pour les nouvelles recrues : c’est bien Ouvrir la promotion interne à un maximum d’agents : c’est bien Reconnaître le travail fourni tout au long d’une carrière : c’est bien aussi.



Nous suivrons avec la plus grande attention le dossier et vous tiendrons informés de toutes les évolutions à venir.

Ci-dessous, lettre que nous avons adressé à la DGRH et la personne ressource le 8 mars 2013 :

Je suis confrontée très régulièrement, cette année comme les précédentes, dans le cadre de mon rôle d'écoute et de conseil lors des campagnes annuelles d'évaluation, au désarroi ( le mot est faible) de nombreux secrétaires rédacteurs de 1ère classe, proposables mais non proposés, qu'il s'agisse du siège ou du réseau.

Le problème est connu et a été fréquemment évoqué en CP ou ailleurs.

Néanmoins je le retrace brièvement :

Les agents secrétaires comptables qui ont eu, à un moment donné de leur carrière, la reconnaissance de leurs compétences (managériales et/ou techniques) en obtenant l'accès à la maîtrise (accès au grade de SR1), n'ont, pour la grande majorité d'entre eux, bénéficié d'aucun gain indiciairepour accompagner cette promotion. En effet, une grande majorité était déjà SC Cl exc à l'échelon terminal 609 et le sont restés, l'indice terminal SR1 étant également 609. Néanmoins, ils avaient l'espoir d'obtenir, quelques années plus tard l'échelon 680 de Secrétaire rédacteur de cl exc ce qui était pratiquement toujours le cas.

Or, depuis quelques années, un nombre de plus en plus important parmi les SR1 part en retraite SR1 indice 609 sans obtenir l'indice 680.

Il est fréquent dans le réseau, mais cela le devient aussi au siège, qu'un agent qui a été reconnu à un moment T car il occupait des fonctions d'agent de maîtrise, ne se retrouve plus, par le jeu des restructurations multiples en position de manager et part à la retraite sans accéder au grade de SR de cl exc. Il a donc exercé des fonctions pour lesquelles la Banque l'a reconnu, mais n'a eu que la reconnaissance psychologique et n'aura jamais le bénéfice indiciaire.

J'ai, en cette période d'évaluation, un nombre de plus en plus important d'agents dans cette situation, qui ne sont pas, (voire même plus) proposés à SR Cl exc., qui sont à quelques années de partir en retraite et sont très découragés et amers. J'ai eu des agents en larmes au téléphone après que leur hiérarchie leur ait dit que cette année encore ils ne seraient pas proposés, alors que leur évaluation est excellente. Ils ont le sentiment d'avoir été floués.

Cette situation est particulièrement injuste pour les raisons suivantes (dont certaines déjà citées ci-dessus) :

1- reconnaissance d'une fonction de maîtrise sans gain indiciaire immédiat. Monsieur Peyret a reconnu à plusieurs reprises que toute promotion doit s'accompagner d'un gain indiciaire.

2- disparition progressive pour un certain nombre de la possibilité d'accéder, avant la retraite à l'indice 680, sans que cela soit du à un engagement professionnel moindre de leur part, mais du fait des réorganisations de la Banque qui a modifié le contenu de leur poste.

3- atermoiements de la Banque, qui, au fil des ans, s'agissant de l'accès à SR cl. exc. a, tantôt privilégié l'expertise, tantôt les fonctions managériales, et tantôt les 2.

4- enfin, la population des SR1 bloqués à l'indice 609 ne s'accroîtra plus. En effet, l'accès à la maîtrise via la promotion interne, concerne majoritairement des agents plus jeunes qui passeront de SC2 ou SC1 à SR2 ou SR1 mais sans être déjà à l'indice terminal 609.

Cette problématique, qui me semble être unique dans le système compliqué qui régit les carrières à la banque, pourrait être traitée de 2 façons :

1- Création d'un indice intermédiaire entre le 609 et le 680 pour permettre le gain indiciaire lié à la promotion. Mais, évidemment, cela implique une rétroactivité.

2- Augmentation sensible des quotas pour l'accession à SR Cl. exc. avec examen des cas individuels par la DGRH afin que des agents ne partent pas en retraite à l'échelon 609 (ou sinon avec avis très motivé).

Je souhaiterais avoir votre sentiment et celui de la DGRH sur ce dossier, qui non seulement est générateur de RPS, mais génère aussi dans certains cas des comportements d'agents qui vont rester au delà de l'âge auquel ils envisageaient de partir en retraite, dans l'espoir d'obtenir enfin, avant de partir, ce fameux indice 680 !

mercredi 29 mai 2013

Un CCE où il ne s'est rien passé

Le CCE du 24 mai 2013 marque le terme d’un processus de consultations des instances représentatives du personnel (IRP) qui a démarré en décembre 2011 par l’annonce du Gouverneur Noyer d’un projet de réorganisation de grande ampleur d’ici à 2020. A l’évidence, le seul objectif de ce projet vise la réduction des coûts en supprimant 2 500 emplois dont 2 000 dans le réseau. Sa déclinaison concrète présentée en septembre 2012 n’a fait que confirmer cette volonté.

« L’adaptabilité » de la Banque prônée par nos dirigeants, ne concerne plus au premier chef l’évolution de nos métiers, mais la réduction de nos moyens pour les exercer. C’est ce qui a fortement motivé l’opposition du SNABF Solidaires à ce projet. Le SNABF Solidaires déplore le repli que va connaître notre entreprise dans les années à venir, alors que notre pays subit, comme bon nombre d’autres, les effets d’une crise économique mondiale majeure. Le maillage de nos implantations déjà mis à mal en 2003 va encore se réduire.

La suite en téléchargement

jeudi 23 mai 2013

CMP4 du 21 mai - Points clés

ADS/ADE : intégration au Statut au 1er janvier 2016 !

Dans sa déclaration liminaire, le SNABF Solidaires a demandé leur intégration rapide et au plus tard en Juillet 2015. Le Gouverneur Ophèle a répondu qu’une offre d’intégration au statut pour tous les ADS et les ADE serait faite au 2ème semestre 2015 avec effet au 1er Janvier 2016. C’est une avancée historique après de longues années de revendications légitimes ! Aussi, nous avons demandé à la Banque d’examiner la prise en charge de leurs journées de grève.

Cartographie des implantations à 2020

Le SNABF Solidaires a de nouveau exigé de revoir la cartographie à horizon 2020 en suivant les recommandations des rapports d’experts remis en CCE et dans les CHSCT.

Le Gouverneur Ophèle a estimé être allé au bout de la logique du plan et que seul le Gouverneur Noyer pouvait encore apporter des évolutions. Nous en saurons donc davantage lors du CCE de ce vendredi 24 mai.

PSE : mesures d’accompagnement

Le SNABF Solidaires a renouvelé ses demandes d’évolution du PSE (cf. tract 2013-20). La Banque a finalement accepté la prise en compte des ascendants dépendants dans la situation familiale, une meilleure prise en charge des frais liés à la vente d’un bien immobilier (10 000 €). Une commission de suivi des mesures du PSE examinera les cas particuliers et pourra déroger aux règles, pour la prime de mobilité par exemple. Néanmoins, la Banque refuse toujours l’instauration d’un temps partiel sur rémunéré, la mise en place de dispositifs supplémentaires de promotion interne, l’indemnisation plus longue dans le temps des frais supplémentaires engendrés par les mutations (notamment les frais de transport) et la revalorisation du point d’indice de l’indemnité PSE.

Mobilité+ : mise en place au 1er juillet 2013

Le SNABF Solidaires a demandé que le dispositif Mobilité+ devienne un dispositif pérenne d’aide à la mobilité volontaire de tous les agents de la Banque.

Le Gouverneur Ophèle a accepté d’étendre le dispositif aux ADS et agents de caisses concernés par le projet BDF 2020. Un bilan du dispositif sera fait en 2016 afin de déterminer les conditions d’une mise en place de façon pérenne.

Pour les offres de postes parues fin avril, la DGRH accepte finalement qu’elles entrent dans le champ de mobilité+ si la prise de poste est postérieure au 30 juin 2013. Nous avons demandé au DGRH que les candidatures tardives soient examinées suite à cette annonce.

Recrutements : des effectifs en urgence !

Le SNABF Solidaires a particulièrement insisté sur la nécessité de recruter massivement et très rapidement : - pour résorber les problèmes majeurs de surcharges d’activités que connaissent plusieurs unités actuellement tout en précisant que la délocalisation de dossiers ne peut être qu’un pis-aller et non une solution pour palier le sous-effectif, - pour assurer une transmission des compétences très en amont des départs et en répartissant la charge de travail. Le Gouverneur en a convenu et s’est engagé à un recrutement dans cet esprit dès 2014.

Conditions de travail et RPS

Depuis plusieurs mois, le SNABF Solidaires demande l’établissement d’un plan de prévention des risques professionnels obligatoire tous les ans. Le Gouverneur a annoncé une présentation de ce plan très rapidement (lors d’un CCE extraordinaire annoncé pour septembre). Nos représentants des CHSCT ont particulièrement insisté pour que les constats faits tant par les CHSCT que par les instances locales aboutissent à des mesures concrètes pour tous les collègues « faire des baromètres c'est bien mais il faut aussi prendre des mesures pour faire baisser la température » a notamment dit la Secrétaire SNABF Solidaires du CHSCT Paris. La Banque s’est engagée dans ce sens par la création d’une ligne budgétaire spécifique pour financer des actions de terrains, et la nomination d’un référent à la DGRH pour suivre l’adéquation des moyens à la charge de travail. Enfin, les moyens alloués à la personne ressource pour le suivi des situations de RPS vont être augmentés.

Cette dernière CMP ne marque pas la fin du processus de négociation. Le CCE du 24 mai sera une nouvelle occasion pour le SNABF Solidaires de rappeler au gouverneur Noyer son opposition à ses projets.

De nombreuses questions restent en suspens et les élus du SNABF Solidaires ne manqueront pas d’exiger des réponses claires.

lundi 22 avril 2013

CMP3 du 18 avril : bis repetita

Tract à télécharger ici

vendredi 5 avril 2013

Baromètre social 2012 : le référendum social de la Banque est sans appel ! Le Personnel rejette la stratégie de la Banque à 2020

La baromètre social organisé par la Banque chaque année vient de livrer ses résultats : notamment les annonces de la Banque y sont rejetées par une majorité du Personnel. Des résultats très frappants qui confirment également la démotivation et les profondes inquiétudes du Personnel que nous ne cessons de dénoncer au quotidien..

La suite en téléchargement en cliquant ici.

Expertises CHSCT - où en est-on ?

Lors du CCE de septembre 2012, l’ensemble des organisations syndicales a demandé une expertise du plan « BDF 2020 » votée à l’unanimité par les élus. Après avoir refusé en séance, le Gouverneur a finalement accepté sous pression de l’intersyndicale qui menaçait de l’obtenir devant la justice.

Des groupes de travail se sont mis en place en novembre et décembre avec des collègues venus de toute la France. Les rapports d’expertise présentés lors du CCE des 29 et 30 janvier avaient pour objet d’étudier les différents aspects économiques du plan de la Banque : critique des seuils établis par la Banque, incohérences des décisions, absence de justifications économiques ...

La suite en téléchargement en cliquant ici.

vendredi 29 mars 2013

Comptes de la Banque de France : le Gouverneur aimerait moins, le Personnel aimerait plus !

Hier 28 mars, le Gouverneur présentait à la presse les comptes de la Banque, une nouvelle fois historique, avec un résultat après couverture des charges d’exploitation de 8 104 millions d’euros et un résultat net doublé par rapport à 2011 s’élevant à 3 146 millions d’euros après impôt sur les sociétés.

Tract 2013-14 à télécharger ici

jeudi 28 mars 2013

Mécanisme de Supervision Unique : où en sommes-nous ?

La mise en place d'une supervision commune des banques de la zone euro, confiée à la BCE, est la première étape de l'union bancaire souhaitée par les dirigeants européens pour tenter d'empêcher de nouvelles crises. Voici quelques éléments de réponses aux premières questions pratiques soulevées pour la contribution de la Banque à la mise en oeuvre du Mécanisme de Supervision Unique (MSU).

La suite en téléchargement

jeudi 21 mars 2013

PSE - 3ème round

Tract à télécharger ici

Elections statutaires

Toutes nos publications sont ici : Elections-statutaires

vendredi 1 mars 2013

PSE - 2nd round

Tract à télécharger ici

PSE - début des discussions

Tract à télécharger en cliquant ici

jeudi 14 février 2013

CMP du 13 : insuffisant et arbitraire

Tract à lire en téléchargement

Déclaration lue par le SNABF Solidaires en ouverture de la CMP du 13 février

vendredi 8 février 2013

CCE, CHSCT, CP, CE, CMP… le combat continue

Tract n°2013-04 à lire en téléchargement

mardi 29 janvier 2013

Journée du 29 janvier : une mobilisation réussie !

Tract à lire en téléchargement

Revue de presse à télécharger

IMG_0024.JPG

P1020696.JPG

IMG_0026.JPG

Communiqué Solidaires pour le 29 janvier

Solidarité avec les grévistes de la banque de France le 29 janvier 2013

L’Union Syndicale SOLIDAIRES exprime son soutien aux personnels en grève de la Banque de France ce 29 janvier 2013.

Confrontée depuis des années à un processus de restructurations successives, la Banque de France est aujourd’hui en but à la déclinaison brute de la RGPP. Sa direction la déploie avec un zèle inquiétant, externalisant les fonctions, délocalisant et supprimant des postes en ne prévoyant que le remplacement d’un départ sur deux.

Pourtant, la Banque de France est un des rouages essentiels de collectivité, surendettement, médiation du crédit, conseils et notation des entreprises, etc.. Ces missions de service public se déploient sur l’ensemble des territoires et doivent être maintenues.

Les plans de la direction prévoient la fermeture nombreuses succursales avec pour corolaire de nombreuses suppressions d’emplois (2500 sur 6000).

A la clé, c’est moins de proximité, moins d’accessibilité, moins de service public.

Tous ensemble avec les personnels en lutte de la Banque de France.

Paris, le 29 janvier 2013

- page 3 de 5 -

Powered by